Arts / Numérisation / Fractals

Arts / Numérisation / Fractals

Arts Numérisation Fractals

 

 

Jean-Claude Chirollet

 

 

 

 

 

 

 

 
JC1(recad2)_Montpellier-20160809-WA0001[1].jpg





« Tout est arrangé d'après le Nombre. »

Pythagore, 6è siècle av. J.-C.

 

 

« L’univers du calcul est la figure contemporaine de

 la nécessité. Son accession à la dignité de régime

 planétaire date sans doute de la Seconde Guerre

 mondiale. » Pierre Lévy, La Machine univers,

 1987-1992, La Découverte, Paris, p. 223-224.

 

 

« Les mathématiques sont l’expression virale

du Nombre. Le Nombre est rhizomatique.

 Le Nombre se propage par capillarité, des

 mathématiques aux sciences, des sciences

 à la technique, de la technique à la

 techno-magie en cours d’élaboration. »

 Mathieu Terence, Le devenir du Nombre,

Stock, Paris, 2012, p. 61.

 

 

« J'existe, donc je suis un code, calculable,

incalculable comme l'aiguille d'or plus le tas

de paille où, enfouie, elle dissimule son éclat.

Mon ADN, par exemple, à la fois ouvert et

fermé, dont le chiffre m'a charnellement construit,

intime et public comme les Confessions de saint

Augustin, combien de signes ? La Joconde,

combien de pixels? Le Requiem de Fauré,

combien de bits ? »

Michel Serres, Petite Poucette, Le Pommier,

Paris, 2012, p. 77.

 

 

 

Merci de visiter mon blog ! Ces pages ont pour intention majeure de proposer certains éléments d'information et de réflexion sur des questions relatives aux arts plastiques et visuels, principalement dans les rapports esthétiques et sociétaux qu'ils entretiennent avec les technologies de l'information. Font partie de cette thématique : la numérisation des œuvres et objets d'art, de l'architecture et de l'art urbain, et plus généralement de tout type de « contenu » culturel, en vue de constituer une mémoire informationnelle pour les historiens de l'art, les esthéticiens et les artistes, ainsi que, plus largement, pour tout public intéressé par la médiatisation photographique et numérique de l'histoire des arts (qui est aussi notre histoire commune). Ces questions se rattachent, plus largement, à la thématique du développement mondial des Digital Humanities (en français : Humanités Digitales ou Numériques), qui sont les "humanités" du vingt-et-unième siècle. Cf. [Digital Humanities]

 

Sont particulièrement importantes pour notre temps, à cet égard, les questions concernant la photographie numérique des objets, œuvres et sites du patrimoine architectural et culturel, en tant que technique de mémorisation (la mémoire photonumérique de l'art), mais aussi les techniques photographiques ou vidéo-numériques, en tant que techniques d'interprétation photo-esthétique des arts plastiques et visuels (la recréation artistique des arts par la vision photographique). Il ne faut pas oublier, d'ailleurs, que la photographie argentique traditionnelle, depuis l'invention du daguerréotype par Louis Daguerre en 1837-1839, faisant suite aux expériences héliographiques de Nicéphore Niépce durant les années 1826-1830, fait également elle-même l'objet d'une interprétation (ou recréation) numérique par le jeu technologique de la transposition numérique des phototypes originaux (films négatifs ou positifs, phototypes anciens sur plaque de verre, etc.) : scans, édition logicielle et impression papier, affichage électronique et diffusion numérique sur Internet (galeries d'art, sites d'artistes, musées en ligne, banques de données artistiques).

 

Schématisation de divers détails sur la frontière de l'ensemble de MandelbrotUne très grande partie de ce blog est consacrée aux Fractals, à comprendre comme « objets fractals » : images fractales numériques proprement dites (désignées ici : « Fractales »), mais aussi − et avant tout − objets géométriques non-euclidiens (ou « fractals »), appliqués aux arts de toute nature depuis les années 1970-1980 : sculpture, peinture, art des images de synthèse, photographie, mais aussi musique, théâtre et littérature. Le Fractal, en art tout comme en science, constitue un puissant modèle de pensée, un véritable paradigme conceptuel, qui ne se réduit pas, loin de là, aux seules images fractales populaires que beaucoup d'entre nous ont pu voir un jour au hasard des pages d'une revue scientifique, d'un magazine d'infographie ou d'un site internet.

 

À toute époque, les artistes (mais les mots « art » et « artistes » renvoient à différents sens, selon les périodes de l'histoire et aussi les lieux géographiques) ont pris appui sur la pensée scientifique et sur les connaissances techniques pour réaliser leurs créations plastiques ou musicales. Ils ont conçu en particulier leurs méthodes et principes artistiques en fonction des concepts qui étaient formulés par les mathématiciens, les physiciens ou les chimistes. Ainsi, à la Renaissance (Quattrocento), la géométrie euclidienne fut un moteur essentiel de théorisation de la perspective, pour représenter le monde dans toute sa complexité tridimensionnelle, de même que la technique nouvelle, si subtile, de la peinture à l'huile, qui rendit possible la traduction picturale du réel dans ses moindres détails.

 

Les connaissances acquises au fil des siècles en anatomie, en géologie, en optique, en physique de la lumière ou en chimie des matériaux, notamment, furent tout autant les moteurs de la créativité artistique que les concepts mathématiques. Léonard de Vinci représente à cet égard un modèle exceptionnel d'intelligence des interrelations multiples entre arts, sciences et techniques, et rien de ce qui relevait des sciences de son temps ne lui était étranger. Évoquons aussi, parmi d'autres, les artistes impressionnistes et néo-impressionnistes qui s'intéressèrent de près aux questions d'optique, de physique de la lumière et de chimie de la couleur ; ou encore les artistes et architectes constructivistes russes des années 1920, qui prirent pour modèles de pensée plastique les sciences de l'ingénieur, et en particulier les mathématiques et la physique des matériaux.

 

Dans les années 1980-1990, de nombreux artistes « fractalistes » de toute spécialité artistique (peintres, sculpteurs, photographes, artistes numériciens et créateurs d'œuvres multimédia, musiciens et même architectes) ont engagé des recherches innovantes portant sur les rapports multiples que peuvent entretenir les arts, la géométrie fractale et la théorie physique de la complexité informationnelle, désignée aussi par l'expression « théorie du chaos ». Leurs œuvres manifestent une créativité originale et variée, dans tous les domaines de la création artistique, car le champ scientifique et technologique de la fractalité est susceptible d'engendrer des méthodes et des intentions artistiques innovantes, en écho ou en réaction, également, avec les thèmes idéologiques et politiques qui se sont fait jour depuis le dernier quart du vingtième siècle.

 

Les arts ne naissent pas par la grâce utopique du « génie » – idée qui réfère plus à un mythe philosophique qu'à la réalité culturelle, sociale et politique des arts –, ou bien d'une sorte de « vision» ou d'inspiration subjective, trouble et insondable, comme voudraient le soutenir certains sectateurs de la psychanalyse de l'art. Car si le Sujet de la création artistique est bien, dans une certaine mesure, à l'origine et au coeur de sa création, il ne peut mettre en œuvre ses désirs, ses émotions ou ses conceptions plastiques qu'à partir du corps évolutif des connaissances et des thématiques socio-politiques, des sciences et des technologies de son époque, tous domaines de la noosphère de son temps dont il ne saurait faire abstraction sans se couper du monde, et par conséquent aussi de l'art.

                                                              

                                                                                               Bonnes lectures !

 

 

© Jean-Claude Chirollet

 

 

 

Les images fractales numériques obtenues au moyen de générateurs mathématiques, les illustrations graphiques et les photographies d'œuvres d'art, sont agrandissables en un clic. Il est conseillé de renforcer la luminosité de l'écran, afin d'en révéler plus nettement les détails.

 

 

Des mises à jour sont effectuées régulièrement